Dans une volonté commune de s'accroupir (in a shared will of squatting), mégots de cigarettes Matterhorn achetées à Kingston, Jamaïque, pour le vernissage de l'exposition "Leaving grace from all alive", avril 2018

« Il existe certes, pour un œil ou une oreille avertis, quelques minces, et somme toute anecdotiques, liens transatlantiques entre deux terres que tout oppose. Le premier, et sans doute le plus surprenant pour tout voyageur suisse posant le pied en Jamaïque [...] est l'omniprésence, en vert sur fond blanc, du Cervin. En effet, l'une des marques de cigarettes les plus populaires de l'île est Matterhorn, et de ce fait bon nombre de jamaïcains portent, sans le savoir, l'un des plus éminents symboles helvétiques au fond de leurs poches. L'un des selectas les plus en vue ces dernières années en a d'ailleurs même tiré son nom »
(Marc Ismail, It a go dread inna Switzerland, Unifr, 2004)

Toutes personnes ayant connu Genève dans les années 90 et 2000 diront qu’elle rayonnait par une effervescence très notable des squats, éparpillés dans la ville. Peu à peu, tous ces lieux se sont vus fermer leurs portes. Aujourd’hui, Genève connaît une réelle crise du logement (en juin 2017, le site de la République et Canton de Genève répertorie un taux de vacance de 0,51%), et les quelques espaces autogérés sont sous une perpétuelle menace de fermeture.


one gee in fog appartient à un immeuble de plusieurs étages, au numéro 25 de la rue. En 1912, ce lieu était un office des postes. Ensuite, le bâtiment a été repris avec tout le reste du pâté de maison, nommé « le goulet ». Il y avait le goulet 13, le goulet 12… cet ensemble de logements était un immense squat qui abritait une soixantaine de personnes. On trouve assez peu de documents en ligne à ce sujet.

L’une des anciens squatteuses m’a dit que ceux avec qui elle a toujours contact ont énormément de documentations sur ce lieu... un peu comme une histoire underground de Genève dont il faudrait trouver les sources comme une chasse aux trésors.

Concernant le "goulet 25", on y trouve au sous-sol une salle de concert privée, qui était déjà en place à l’époque. Il s’agit de Corner 25, club qui programme essentiellement du sound-système et du reggae. Au premier étage, juste au dessus de l'espace d'exposition vit « Jil », l’un des fondateurs de Addis Record, label indépendant de musique raggae, qui distribuait notamment des vinyles produits en Jamaïque à la belle époque. Addis existe toujours et les studios d’enregistrements se trouvent au sous-sol.

Ce qu’on sait du goulet, est qu’à partir de 1996, on demanda aux squatteurs de quitter les lieux, mais ils parvinrent à résister 5 années sur place pour finalement se voir exclus assez subitement en juin 2001.

Durant les jours qui suivirent l’éviction, plusieurs incendies se déclenchèrent au goulet. Dans un documentaire, une squatteuse explique qu’elle ne sait pas qui aurait pu faire ça, mais que ce ne sont certainement pas les anciens locataires illégaux. Car même quand ils y résidaient, il était assez habituel de devoir éteindre des feux déclenchés durant la nuit. La raison que ces incendies-ci aient pris autant d’ampleur était que, justement, plus personne n’était sur place pour s’en occuper.

Marc Ismail explique, dans son texte sur l’expansion du mouvement reggae en Suisse, qu’il n’y a a priori aucun lien entre la Jamaïque et la Suisse, mis à part la présence des cigarettes mentholées Matterhorn sur l'île des Caraïbes. Ce qui est spécifique à ce cigarettes, est que le paquet porte à la fois le nom et le visuel du Matterhorn suisse (aussi appelé Mont Cervin).

Ces cigarettes ne sont d’ailleurs plus vendues que dans ce pays.


Je suis partie chercher une cartouche de ces mentholées directement en Jamaïque, pour les ramener à Genève, dans le but qu’elles soient distribuées et fumées le soir du vernissage. L’anecdote de la présence de ces Matterhorn dans l'exposition passant à l’oral et puis sur le texte explicatif de l’exposition, visible jusqu’au 20 mai. Les mégots faisant office de « forme finale » au sol, répandant une odeur de cendrier dans l’espace, plus ou moins présente selon la temporalité de l’exposition.

96_matterhorn.jpg
       
96_carte1.jpg
       
96_carte2.jpg
       
96_3145415416918134742321511619967154087956894n.jpg