« Blondes, Légères », installation in situ
présentée à l'occasion de l'exposition « Inventeurs d’Aventures » à la Friche Belle de Mai, Marseille, août-novembre 2017

exhibit number three : texte fictif d’après faits réels (le bouquet)
carte postale mise à disposition à la librairie de la Friche (appelée « la Salle des machines »), 10,5 x 14,85cm, 2017, 1000 exemplaires.

Durant le mois de janvier 1887, un mouvement de grève est mené par les cigarières de la manufacture des tabacs de Marseille afin d’obtenir le déplacement de leur chef de section. Celui-ci, ancien ouvrier de la manufacture étant monté en grade, est dénoncé comme étant trop sévère et appliquant de nouvelles sanctions jugées anormalement lourdes par les
ouvrières. Le directeur de la manufacture est mis au courant mais ne prend pas la demande des cigarières au sérieux. Un inspecteur des manufactures de l’Etat descend de Paris afin de mener une enquête. La presse diffuse l’information en défendant la cause des ouvrières. Celles-ci font également appel au Préfet des Bouches-du-Rhône qui fera le nécessaire pour soutenir leur cause. Il est finalement donné raison aux grévistes qui envoient, en remerciement de sa précieuse aide, un bouquet de fleurs au Préfet.

inscription au dos de l’enveloppe :
Aurélie Jacquet, exhibit number three : texte fictif d’après faits réels (le bouquet), 2017.
Note inspirée du texte de Claudine Roubaud, « Une grève à la manufacture des tabacs de Marseille en 1887 », in 10, rue Bleue : Histoire et reconversion d’une manufacture des tabacs, Parenthèses Editions, Archives Municipales de Marseille, 2003.

(selfie de Anna Broujean lors de sa visite de l'exposition à la Friche Belle de Mai)

90_cpok.png
       
90_img2412.jpg
       
90_img0237.jpg
       
90_img0219.jpg
       
90_img0221.jpg
       
90_img0224.jpg
       
90_img0217_v2.jpg
       
90_img0218.jpg